• Accueil
  • Actualités
  • Un partenariat pour améliorer l’état écologique des rivières de la Morge, du Buron et de la Merlaude

Un partenariat pour améliorer l’état écologique des rivières de la Morge, du Buron et de la Merlaude

    Ajouter à mon bloc-notes

  • Imprimer la page

06 oct.

Frédéric BONNICHON, Président de Riom Limagne et Volcans, Martin GUTTON, Directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, Claude RAYNAUD, Président de Plaine Limagne, Sébastien GUILLOT, Président de Combrailles Sioule et Morge, Joseph KUCHNA, Vice-Président de Vichy Communauté et Anne-Marie MALTRAIT, Conseillère départementale, ont signé un contrat territorial le 5 octobre dernier en présence de Olivier Maurel, Sous-Préfet de Riom, afin d’assurer une gestion cohérente et homogène des milieux aquatiques du bassin versant des rivières de la Morge, du Buron et de la Merlaude.
Il s’agit d’améliorer l’état des cours d’eau, de rétablir la continuité écologique (libre circulation des organismes vivants) et d’améliorer la qualité de l’eau.



Le programme portera pour les 3 prochaines années, en particulier, sur :
-    la restauration de la ripisylve (végétation bordant les milieux aquatiques), en complément de l’entretien régulier assuré par les propriétaires,
-    la renaturation de tronçons artificialisés : le Bédat à Chappes et Entraigues, la Morge à Maringues, …
-    la découverte de l’Ambène à Riom,
-    le rétablissement de la continuité écologique sur la Morge (étude d’aide à la décision),
-    la réduction des pollutions affectant la qualité de l'eau dans les cours d'eau.

Son coût prévisionnel est évalué au total à 2 613 700 € et sera pris en charge à 48 % par l’agence de l’eau Loire-Bretagne, 10 % par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme et 42% par les collectivités portant les actions, notamment par la taxe GEMAPI.
Le suivi des milieux aquatiques et le bilan réalisé au terme du contrat permettront de vérifier si les résultats sont au rendez-vous ou, si nécessaire, de réorienter l’action.

La renaturation du ruisseau du Bédat dans la traversée de Chappes
Une des premières actions du contrat portera sur la création d’un nouveau lit mineur (où l'écoulement s'effectue la majeure partie du temps) sur 1 km et sur la diversification des écoulements pour favoriser le développement d’une flore et d’une faune adaptée. Ce projet démarrera en 2022.

Toute l'actualité