Expositions

Marqueterie en folie

Chefs d’œuvre des élèves du lycée Roger Claustres de Clermont-Ferrand

À découvrir du 6 avril au 19 mai 2024

Admirez les motifs colorés découpés dans différentes essences de bois et découvrez les surprenants ouvrages exécutés par les jeunes apprentis. L’art décoratif de la marqueterie est à l’honneur au musée Mandet !

Vendredi 5 avril, à 18 h : présentation des travaux des lycéens dans le cadre des Journées Européennes des Métiers d’Art

Visites guidées les dimanches 7, 21, 28 avril et 12 mai à 15 h

En savoir plus

 

Guérin intime, Guérin illustre

Pierre-Narcisse Guérin

À l’occasion du 250e anniversaire de la naissance du peintre néoclassique Pierre-Narcisse Guérin (1774-1833), la communauté d’agglomération de Riom Limagne et Volcans a le plaisir de vous présenter une exposition-dossier consacrée à ce peintre au musée Mandet. Un ensemble inédit d’œuvres et d’objets personnels de l’artiste, né d’une famille d’origine auvergnate, sera exposé. L’occasion de célébrer et de remettre en lumière ce peintre, maître de Géricault et de Delacroix !

Du 12 mars au 5 mai 2024


Visites commentées le dimanche 14 avril, à 15 h

Pierre Guérin, artiste majeur du néo-classicisme 

Né d’un père originaire de Lezoux dans le Puy de Dôme, Guérin fut élève de Jean-Baptiste Regnault dès 1790. Lauréat du Prix de Rome en 1797, son départ pour l’Italie fut repoussé à l’année 1803 pour des raisons politiques. Entre temps, il fut célébré unanimement pour son célèbre tableau, Le Retour de Marcus Sextus, présenté au salon de 1799 et aujourd’hui conservé au Musée du Louvre.

Les différents régimes politiques qui se succédèrent dans le premier tiers du 19e siècle assurèrent au peintre un rôle de premier plan. Chevalier de la Légion d’Honneur après le succès de son tableau Phèdre et Hippolyte (1803), il fut élu à l’Institut des Beaux-Arts en 1815 avant d’être nommé directeur de l’Académie de France à Rome en 1822 et fait baron par le roi Charles X. Laissant inachevé sa grande composition sur La Mort de Priam, le peintre décéda à Rome en 1833 : un monument funéraire y fut érigé en 1836, dans une chapelle de Saint-Louis-des Français, à la mémoire d’un artiste qui reste un des grands peintres de sa génération et un jalon essentiel dans l’histoire de l’art de l’Europe.

Pierre Guérin a également laissé l’image d’un fin pédagogue et l’on compte au nombre de ses élèves quelques grands noms de la peinture parmi lesquels : Ary Scheffer, Théodore GéricaultLéon Cogniet,  ou encore Eugène Delacroix.

Pierre Guérin et les collections du musée Mandet 

Le portrait de Pierre-Narcisse Guérin par La Fouilhouze est présenté au musée Mandet dès son ouverture au public. Le portrait est alors réalisé pour la Galerie des Illustres Auvergnats présentée au rez-de-chaussée du musée et visant à mettre en valeur les grands scientifiques, historiens, écrivains, militaires ou encore artistes de l’Auvergne. Le musée Mandet conserve également des œuvres néoclassiques de l’époque du peintre, et certains meubles qui seront mis en avant dans cette petite exposition.

Si Pierre-Narcisse Guérin a été considéré comme l’un des « Illustres auvergnats », il ne bénéficie aujourd’hui pas de la renommée de ses élèves. Cette exposition est l’occasion de remettre à l’honneur cet artiste en présentant un ensemble d’œuvres et d’objets issus d’une collection privée.

L’ensemble, qui a été peu montré, permettra d’entrer dans l’intimité du peintre à travers un autoportrait, des témoignages précieux de sa reconnaissance officielle (médailles et décorations), ou encore des portraits de l’artiste par Horace Vernet ou par Dominique Leleu (Guérin préparant son tableau Le Retour de Marcus Sextus). Parallèlement, des objets ayant appartenu au peintre donneront, tout à la fois, un caractère sensible à l’exposition et permettront de mieux appréhender la vie et le parcours de l’artiste. Enfin, un prêt du musée Crozatier du Puy-en-Velay, L’Offrande à Esculape, viendra souligner l’attachement de Pierre Guérin à la région d’origine de sa famille paternelle. Ce tableau fut en effet offert, par le peintre, aux hospices de la ville de Thiers en 1813. Objet d’une restauration récente, il sera un des points forts de l’exposition.

 

Dernière mise à jour : 03 avril 2024