Gestion milieux aquatiques - prévention inondations

    Ajouter à mon bloc-notes

  • Imprimer la page

Depuis le 1er janvier 2018, Riom Limagne et Volcans est compétente en matière de Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI). Il s’agit de prévoir les actions en faveur des cours d’eau et zones humides présents sur le territoire, afin d’améliorer la qualité de l’eau et prévenir les risques d’inondations.


Dans ce cadre, la collectivité est engagée dans plusieurs démarches partenariales afin d’élaborer des contrats territoriaux :
- Secteur 1 : contrat co-constuit avec la métropole clermontoise et concernant les communes de Sayat, Chanat-la-Mouteyre et Les Martres d’Artière pour RLV ;
- Secteur 2 : précontrat territorial animé par RLV en cours, co-construit avec les communautés de communes Plaine Limagne, Combrailles Sioule et Morge et Vichy Communauté ;
- Secteur 3 : contrat Sioule porté par l’agglomération de Saint-Pourçain-sur-Sioule et concernant les communes de Saint-Ours-les-Roches, Pulvérières.

 

 

Prévention des inondations : une approche, un plan d'actions ambitieux

Dix communes, dont neuf de RLV *, sont concernées par la convention sur le programme d’actions et de prévention des inondations qu’a signée le 23 octobre dernier, RLV avec le Préfet du Puy-de-Dôme au nom de l'État. L’élaboration de ce programme fait suite à l’approbation d’une Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation (SLGRI) portée par la Communauté d’agglomération en 2016. En effet, la directive européenne “Inondations” de 2007 a pour objectif de réduire les conséquences dommageables des inondations sur les biens et les personnes. Sa transposition au niveau national a conduit à recenser 122 territoires à risques importants d'inondations (22 sur le bassin Loire Bretagne) dont l’agglomération riomoise.L’objectif du programme d’actions est de prévoir des solutions pour prévenir le risque inondation, en matière d’information des populations, de surveillance des cours d’eau, d’urbanisme, de réduction de la vulnérabilité ou de gestion de crise. Le montant des actions prévues est de 820 000 € sur 5 ans, financé à hauteur de 281 000 € par l’Etat, 372 000 € par le Fonds européen de développement régional, 134 000 € par RLV et 33 000 € par l’Etablissement Public Loire.

*Châtel-Guyon, Enval, Malauzat, Marsat, Ménétrol, Mozac, Riom, Saint-Bonnet-près-Riom et Volvic.

Restons en contact

Espace presse - Enseignants

Contacter par mail